Compagnie Sam•Hester
 
 

LA COMPAGNIE

Créée en 2005 par la chorégraphe et danseuse Perrine Valli, la compagnie Sam-Hester emprunte son nom aux chats d’Andy Warhol qu’il a nommé tout au long de sa vie «Sam» pour les mâles et «Hester» pour les femelles.

D’origine franco-suisse, Perrine Valli se forme au Conservatoire National de Lyon, au CDC de Toulouse, à la London Contemporary Dance School et travaille en tant qu’interprète avec les chorégraphes Estelle Héritier et Cindy Van Acker.

Très prolixe, la compagnie a créé une quizaine de pièces dont Ma cabane au Canada, Série, Je pense comme une fille enlève sa robe, Deproduction, Le cousin lointain, Si dans cette chambre un ami attend..., Laissez-moi danser, Les renards des surfaces, Une femme au soleil, etc.

Ces pièces sont présentées sur des scènes en Suisse (ADC-Genève, Théâtre de Vidy, Théâtre de l’Arsenic, Sévelin 36, Tanzhaus…), France (Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine-Saint-Denis, Festival Faits d’Hiver, Maison de la Danse de Lyon, Quartz…) Espagne (Mercat de les Flors, Teatro Cicca…), Belgique (Budascoop), Pays-Bas (Melkweg), Allemagne (Tanz im August), Russie (TsEKH), Japon (Institut franco-japonais, TPAM, Yokohama Dance Collection…), Australie (Melbourne Festival), Singapour (Fringe Festival), Abu Dhabi (Abu Dhabi Art).

Artiste résidente à Mains d’Oeuvres durant quatre ans, Perrine Valli remporte le premier prix du concours international de chorégraphie Masdanza en 2007 et le second prix du concours suisse Premio en 2008. Elle obtient en 2009 une résidence de recherche CulturesFrance «Villa Médicis Hors les murs» effectuée à Tokyo où elle travaille régulièrement jusqu’en 2011.

La question de l'identité sexuelle tient une place centrale dans la recherche artistique, tout comme l’articulation de la relation entre narration et abstraction dans le travail chorégraphique.

Après dix ans d’expériences entre Paris et Genève, la compagnie Sam-Hester s’ancre en Suisse en 2015.

 
Picture1.jpg
 

Perrine Valli

D’origine franco-suisse, Perrine Valli se forme au Conservatoire National de Lyon, au Centre de développement chorégraphique de Toulouse, à la London Contemporary Dance School et poursuit son apprentissage en effectuant de nombreux stages, notamment aux Etats-Unis.

Elle travaille en tant qu'interprète avec Estelle Héritier et Cindy Van Acker pour laquelle elle interprète de nombreuses pièces dont le solo Nixe présenté en 2010 dans le Festival In d’Avignon.

Elle forme sa propre compagnie à 25 ans : l'Association Sam-Hester et créé une vingtaine de pièces dont Série, Je pense comme une fille enlève sa robe, Deproduction, Le cousin lointain, Si dans cette chambre un ami attend..., Les Renards des surfaces, Une femme au soleil, L'Un à queue fouetteuse, Cloud... Ses créations sont présentées sur de nombreuses scènes en Suisse (ADC-Genève, Forum Meyrin, Théâtre de Vidy, Arsenic, Sévelin 36, Tanzhaus...), France (Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint Denis, Festival Faits d’Hiver, Maison de la Danse de Lyon, Quartz...) Espagne (Mercat de les Flors, Teatro Cicca...), Belgique (Budascoop), Pays-Bas (Melkweg), Allemagne (Tanz im August festival), Russie (TsEKH), Japon (Institut franco-japonais, TPAM, Yokohama Dance Collection...), Australie (Melbourne Festival), Abu Dhabi (Abu Dhabi Art).

Artiste résidente à Mains d’Oeuvres durant quatre ans, Perrine Valli remporte en 2007 le premier prix du concours international de chorégraphie Masdanza et le second prix du concours suisse Premio. Elle obtient en 2009 une résidence de recherche CulturesFrance « Villa Médicis Hors les murs » qu’elle effectue à Tokyo et tisse de nombreux liens avec le Japon où elle retournera régulièrement présenter son travail.

En 2016, elle est l’artiste chorégraphique choisie par la Sélection Suisse en Avignon qui présente sa pièce Une femme au soleil au CDC-Les Hivernales.

La question de l'identité sexuelle tient une place centrale dans sa recherche, tout comme l’articulation de la relation entre narration et abstraction dans son travail chorégraphique. En 2018, un ouvrage sur le travail de la chorégraphe

est édité aux éditions Riveneuve.

Picture2.jpg
 

Eric Linder

Ancien athlète, Eric Linder, alias Polar, se lance dans la musique et réalise un premier disque en 1997 « Polar 1 », puis un deuxième album intitulé « Bi » en 1998. Ses chansons folk aux ambiances électroniques rencontrent un véritable succès. En décembre 2001, il enregistre un nouvel album intitulé Somatic. Sa notoriété s'étend et il fait la connaissance du chanteur Miossec qui lui propose d'écrire pour lui. Cette collaboration donne naissance à l’album « Jour Blanc » (2006), premier album en français pour le chanteur. Polar joue les premières parties de personnalités telles Massive Attack, David Bowie ou Louise Attaque.

Parallèlement à son travail de compositeur, Eric Linder s’ouvre à diverses expériences: il compose pour des compagnies de danse ( Grand Théâtre de Genève, Estelle Héritier, Compagnie 7273, Maude Liardon. Complice artistique de Perrine Valli, il collabore avec la compagnie Sam-Hester depuis 10 ans.

Parallèlement à son travail de compositeur, Eric Linder est également programmateur musique du festival la Bâtie pendant dix ans puis directeur du festival Antigel.

Picture3.jpg
 

Laurent Schaer

Après une licence es Lettres à l'Université de Genève en 2002, Laurent Schaer, de concert en spectacle, glisse vers le monde de la lumière et des techniques de la scène. Porté par un goût fort pour une image scénique cohérente et subtile, il s'associe à l'univers de chorégraphes, artistes et metteur.e.s en scène suisses et internationaux (Perrine Valli, Jérôme Richer, Milla Koistinen, Lee Swee Keong, Julien Brun, Martine Corbat, Solam, Philipe Soltermann, etc...) pour révéler les contours de leurs œuvres en participant à la conception de leur environnement scénographique.

 
 
 
 

Laure Chapel

Diplômée en communication culturelle, Laure Chapel a débuté sa carrière en 2007 à Genève à l’administration du théâtre le Galpon puis aux relations publiques du théâtre du Grütli. Dès 2008 elle collabore avec Lili Auderset à la production de compagnies de théâtre et de danse indépendantes. En 2010, elle crée Pâquis production, structure de production pour l’accompagnement stratégique et administratif de compagnies de théâtre et de danse indépendantes. C’est plus de 50 projets de création qu’elle a géré pendant toutes ces années. En 2010 également, elle rejoint le comité des Rencontres Chorégraphiques de Danse de Genève. Dans ce cadre, elle rédigera avec Mélanie Fréguin une étude sur les « conditions de production des compagnies de danse genevoises au bénéfice d’un soutien ponctuel ». Etude qui donnera lieu à un groupe de travail qu’elle dirige en vue de formuler des pistes de réflexion en matière de politique culturelle. Très investie dans les différents groupes d’action et de travail en faveur d’une amélioration des conditions de la production indépendante, elle s’engage auprès des artistes pour leur permettre de développer leur travail dans le meilleur contexte possible. Avec son bureau de production, Laure Chapel défend l’idée de mutualisation des forces et de capitalisation des moyens. En 2016, elle initie et met en place avec Gabor Varga une formation continue de base autour du métier de chargé de diffusion. Laure Chapel collabore avec la Cie Sam-Hester depuis 2010.

gabor_portrait.jpg
 

Gabor Varga

Danseur, chorégraphe et diffuseur d’origine hongroise, Gabor Varga fait ses études à Bruxelles, au sein de P.A.R.T.S. Il danse notamment pour Anne Teresa De Keersmaeker, Thomas Hauert, Michèle Anne De Mey, Mette Ingvartsen, Gilles Jobin et Guilherme Botelho. Depuis 2011, il collabore avec Jozsef Trefeli. Ensemble, ils signent deux créations : JINX 103 et Creature (Prix Suisses de Danse 2017).

Responsable de la production des éditions 2012 et 2013 du Festival Antigel, il rejoint ensuite la Cie Philippe Saire en tant que chargé de diffusion. En septembre 2017, il fonde le bureau BravoBravo, il collabore avec les artistes comme Philippe Saire, Perrine Valli et Rudi van der Merwe, et s’engage pour la promotion et la diffusion des projets artistiques contemporains romands.

Gabor Varga rejoint l’équipe de la Sélection suisse en Avignon en 2019.

 

DÉMARCHE ARTISTISTIQUE

La recherche chorégraphique s’articule autour de cinq grands axes :

  • Fil conducteur du travail artistique, les thématiques abordées dans les pièces interrogent toujours un sujet sociétal ou politique : l’identité sexuelle, les rapports homme-femme, l’obscurantisme, l’impact de la technologie sur les jeunes, la prostitution, la masculinité…

  • Le lien entre abstraction et narration est au centre de la recherche. L’idée étant de partir d’un sujet concret (le mythe de Lilith, le désir, l’œuvre d’Emilie Dickinson…) et de le traiter sur scène de manière abstraite.

  • La forme artistique varie beaucoup d’une pièce à l’autre. Certaines pièces sont dansées, d’autres plutôt performatives ou théâtrales, l’univers peut être onirique, sombre, poétique, drôle ou politique.

  • Chaque création est inspirée par l’univers d’un artiste : Hopper dans Une femme au soleil, Dickinson dans Si dans cette chambre un ami attend…, Bataille dans Je pense comme une fille enlève sa robe, Deleuze dans Ma cabane au Canada… Et le titre du spectacle leur est directement emprunté.

  • La recherche chorégraphique est très influencée par l’art visuel et les arts plastiques, l’univers des pièces propose une esthétique géométrique, graphique, minimaliste, un espace souvent noir et blanc.